Que faire quand on a une perte de motivation pour le judo ? Que ce soit pour les entraînements ou la compétition, je vais vous apporter la même réponse :

  • L’accepter
  • Comprendre d’où elle vient

Comment faire ? Je vous donne quelques clés de base que vous pouvez appliquer dès aujourd'hui.

Motivation, ça veut dire mettre en mouvement. Pour qu’il y ait mouvement ou action, il faut de l’énergie.

1- LES CYCLES D'ÉNERGIE JOUENT SUR VOTRE MOTIVATION POUR LE JUDO

La 1ère source d’énergie, elle vient d’un fonctionnement cyclique.

  • Dormir et être réveillé.
  • Manger et digérer.
  • Se dépenser et se reposer. 
  • Etc.
Une femme prend de l'élan sur une balançoire pour symboliser la perte de motivation qui est cyclique

Rester tout le temps pareil, c’est impossible. D’ailleurs, ça n’existe pas dans la nature. Regardez la vague qui recule pour prendre une force et repartir. Ou encore l’élan de la balançoire : aller loin derrière pour monter haut devant. On a les feuilles qui tombent toute morte pour nourrir la terre et faire que ça repousse…

Les cycles, les saisons, le mouvement, c’est la première chose à (re)connaitre. Le corps humain est un corps vivant, il est en mouvement et il fonctionne de façon cyclique. Au passage, l’un des cycles qui existent est le cycle hormonal. Il est très visible chez les femmes mais il existe tout autant chez les hommes !
Pour la motivation au judo (ou ailleurs !), c’est pareil. Être tout le temps hyper motivé, ce n’est pas possible. Et si ça arrive pendant une (trop) longue période, il est possible de le payer cher plus tard d’une façon ou d’une autre.

2- LES ALERTES À OBSERVER

Perdre sa motivation pour le judo un soir ou sur une très courte période, ce n’est pas la même chose que lorsque ça arrive sur plusieurs semaines voire plusieurs mois. Dans les deux cas, acceptez la situation, observez-la et remarquez ce qui relève du cycle naturel ou d'une alerte qui vous est envoyée.

Une alerte de quoi ? J’explique !

2.1 - Déséquilibre entre consommation et ressources énergétiques physiques.

👉 L’alimentation : 

Ce n'est pas qu’une question de quantité ! C'est aussi une question de qualité dans ce qu’on mange. Ce qu’on met dans la machine et ce qu’on apporte à notre corps compte beaucoup plus que ce qu'on imagine, c'est surprenant !

👉 Le sommeil : 

Trop peu de sommeil ou de mauvaise qualité, ça déséquilibre la machine. On peut compenser un certain moment mais ça ne peut pas durer éternellement. Plus les heures de coucher sont régulières et avant minuit, mieux c'est 😉. Vous pouvez aussi améliorer votre sommeil et votre repos en général grâce à la clé 2 décrite dans cet article.

👉 UNE INVITATION À RÉGULATION : 

Si vous avez du mal à ressentir ce genre de déséquilibre, que vous compensez facilement, alors votre corps lance une alerte. Il vous invite à rétablir l’équilibre en vous faisant perdre votre motivation pour le judo. S'il vous donne la flemme, c'est une façon de vous obliger à vous poser des questions, à vous reposer. 

Pour être au meilleur niveau, on devrait toujours récupérer avant que ça ne soit vraiment nécessaire. C’est comme boire avant d’avoir soif.

2.2 - Le déséquilibre côté mental.

La perte de motivation pour son judo peut aussi être une façon de vous alerter sur un déséquilibre entre votre consommation et vos ressources énergétiques du côté mental.

Pour faire le point, je vous propose un exercice simple.

👉 Faites la liste de ce qui vous ressource : 

Écrivez dans une colonne ce qui vous fait plaisir, ce qui vous donne de l’énergie. Ça peut être la nature, partir en vacances loin de chez soi, aller dans un musée voir des oeuvres d’arts ou des spectacles. Ça peut être de voir certains amis bien sûr…
Quelles sont les 3, 4 ou 5 éléments, activités auxquelles vous aimeriez ne jamais dire non ? Celles qui vous donnent toujours envie ? Celles pour lesquelles vous êtes prêts à mettre le réveil à 7h du matin ?

👉 Faites la liste de ce qui représente une dépense : 

Dans une autre colonne, faites la liste de tout ce qui représente une dépense. Ce sont :

  • les choses pour lesquelles vous n’avez pas le choix
  • ce que vous faites pour faire plaisir, 
  • ce que vous faites pour éviter un conflit
  • etc.

Toutes les fois où vous vous surprenez à vous dire “il faut”, “je dois”, c'est que vous dépensez de l'énergie. Ça va de certaines réunions de travail à des démarches administratives, faire la machine à laver...
Soyez sans jugement de valeur : ça peut être emmener les enfants à telle activité ou même leur donner le bain, ça ne veut pas dire que vous ne les aimez pas ! C’est juste que dans le quotidien, cette activité vous demande de produire une certaine énergie. Et c'est normal. Le but n'est absolument pas de supprimer ce qu'il y a dans cette 2ème colonne : l'énergie est aussi faite pour être dépensée 😉.

👉 Et le judo ?

Vous pouvez mettre le judo dans les deux colonnes en le "découpant" dans ses différents aspects. Par exemple :

  • vous défouler vous fait un bien fou, c'est une ressource. Socialiser vous coûte car vous êtes un peu timide, c'est une dépense.
  • Les copains vous font rire, c'est une ressource. Votre manque de progression vous énerve, c'est une dépense.

👉 votre (dés)équilibre impacte votre motivation judo

Maintenant, regardez vos 2 colonnes. Comment sont remplies vos semaines depuis quelque temps ? S’il n’y a quasiment aucun carburant, le corps envoie encore une fois une petite alerte. "Il serait temps de rééquilibrer ton quotidien…! Pose-toi des questions, prends du recul."

2.3 - AJUSTER VOTRE SENS

La perte de motivation pour le judo peut naître d’une perte de sens, tout simplement. Ça ne se fait pas du jour au lendemain, ça vient tout doucement et c’est pour ça que, souvent, on n’y pense pas. Alors pourquoi perd-on le sens ? Pour une raison toute simple.

👉 L'INCOHÉRENCE ENTRE Votre évolution ET VOTRE MOTIVATION JUDO

Vous êtes des êtres vivants donc vous évoluez… Même si vous ne le percevez pas toujours de façon consciente, vos intérêts évoluent, changent… La vie fait que vous relativisez certaines choses, que d’autres prennent plus d’importance. L’expérience fait que vous n’avez pas les mêmes blessures qu'il y a quelques années. Etc. C’est subtile et imperceptible au jour le jour mais à un moment, ce changement qui s’est construit de son côté entre en incohérence avec le sens que vous donniez au judo jusque là.

👉 La question test du "il faut"

Combien de fois par jour dites-vous “il faut” ou “je dois” lorsque vous parlez de judo ?
Je dois aller courir”, “Il faut que j’aille aider tôt le matin ce week-end”, “Ce soir je dois faire 6 randoris !”, "il faut que je travaille mon kumikata"...

Ce vocabulaire (“je dois”, “il faut”) révèle à chaque fois des injonctions extérieures, qu’elles soient explicites ou non. Par exemple la culture générale de la préparation à la compétition va dire qu’il “faut” s’entrainer tant de fois par semaine, ou faire des randori de tant de minutes etc. Inconsciemment, vous incorporez ces injonctions en vous. Si cela correspond à ce qui est le mieux pour vous, vous allez dire "je veux vraiment travailler mon kumikata", "j'ai décidé d'aller courir", "j'ai hâte de faire tous les randori ce soir", etc. Le vocabulaire est bien différent !

👉 L'intelligence du corps

Pensez toujours que votre corps est extrêmement intelligent et que vos mots ne mentent pas. S'il sait qu'une injonction extérieure n’est pas la meilleure pour vous, il va envoyer des signes d'alerte. Il va vous dire que ça n’a pas de sens pour vous et ça peut passer par vous faire perdre votre motivation. Encore une fois, pour vous inviter à vous poser des questions et le remarquer par vous-mêmes.

👉 UN exemple POUR LES CANDIDATS À LA CEINTURE NOIRE

La difficulté des shiais

Imaginez. Vous allez en shiais pour vos points et ça prend du temps. Au début, vous restez très motivé car vous voulez votre ceinture noire. Après 6 mois, vous perdez de la motivation, de l’énergie pour vous mettre en action. Parce que vous avez 6 mois de plus et plusieurs échecs accumulés, vous n’êtes donc plus la même personne. Et juste “avoir la ceinture noire”, ça commence à ne plus faire le poids.

Solution 1 : persévérer

La solution la plus fréquente, c’est de forcer… “Je dois y aller !” “il faut être persévérant” “il ne faut pas se décourager”. Mais tout ça est extrêmement énergivore et ça ne fonctionne pas toujours ! Résultat : on en paye des conséquences sur tout le reste (mauvaise humeur, dévalorisation, doutes etc.).

Solution 2 : remettre du sens

L’autre solution, c’est de revoir le sens que vous mettez à ces shiais et cette ceinture noire. Qu’est-ce que ça nourrit chez vous, qu’est-ce que ça vous permet d’être ?
Ces shiais ne sont, dans tous les cas, qu’un outil, un terrain sur lequel exprimer qui vous êtes… Est-ce que ça vous permet d’être soutenu par vos proches ou votre club ? Est-ce que ça vous permet de faire partie des 1ères ceintures noires de votre club et de contribuer à son développement ? Est-ce que ça vous permet d’être “comme les copains” ? À vous de trouver, dans le fond, ce pourquoi vous pourriez persévérer… ou pas !

👉 Mon exemple : d'où vient ma motivation judo ?

De mon côté, je sais que le judo me permet de sentir que j’évolue. Me poser des questions sur moi-même, avoir une exigence qui me tire vers le haut, développer mes qualités : c’est ce que j’aime. Le judo me permet de vivre ça. Mais quelque part, ça aurait pu tomber sur une autre discipline ! Et je sais que si je ne pouvais plus faire de judo pour une quelconque raison, je pourrais vivre cette passion (évoluer) autrement.  

3- CONCLUSION

Si vous avez une perte de motivation :

  • acceptez-la en pensant aux cycles
  • observez vos ressources et dépenses en énergie PHYSIQUE puis en énergie MENTALE
  • Faites le tour des injonctions  “il faut” ou “je dois”
  • Posez-vous la question du sens que vous donnez à ce quotidien judo…

Sachez que ces étapes ne sont pas toujours immédiate. Elles peuvent prendre du temps, d’autant plus que le dérèglement est important. Ainsi, si votre motivation pour le judo ne revient pas en quelques jours, c’est qu’il y a un changement plus profond à effectuer. Et pensez à la balançoire : qui dit changement profond dit nouvel élan spectaculaire ensuite donc c'est plus pénible à vivre mais la relance peut être magique 😉.

Pour être aidé :

Si vous voulez être accompagné personnellement dans cette période difficile, je vous recommande l'accompagnement JudOMental que je propose : il est très efficace et surtout change des éléments en profondeur pour toute la vie ! Les infos sont ici : https://secretsdejudokas.com/judomental-infos

TU AS APPRÉCIÉ CET ARTICLE ?

👉 Laisse un commentaire et partage cet article à tes amis judokas 😁

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
Lettre mensuelle shin gi tai pour judokas

REJOINS MA LISTE PRIVÉE

et reçois, chaque semaine, mes meilleurs conseils judo.

ÇA PEUT T'INTÉRESSER...

>