Au-delà de l’émotion provoquée (et que l’on aime !), peut-on tirer des enseignements des J.O. pour notre propre pratique ? Peuvent-ils avoir un effet miroir pour nous faire évoluer, nous, derrière notre petit écran ?

C’est ce que je propose ici, à travers une simple réflexion chaque jour, choisie parmi de nombreuses possibles. D’ailleurs, j’attends vos propres réflexions en commentaire 😉 Et si ce n’est pas déjà fait, rejoignez le groupe privé pour échanger entre judokas ici : facebook.com/groups/motive.e.s 

JOUR 8 : DONNER LE MEILLEUR DE SOI

La consécration !  Des émotions si fortes ! L’euphorie est telle qu’il n’est pas évident de se demander “quelle leçon puis-je en tirer ?”. J’aurais envie de dire, tout d’abord : profitons ! Notre judo a souffert ces 2 dernières années, nous avons eu peu d’occasions d’enclencher des boucles positives alors aujourd’hui, prenons cette victoire pour faire le plein d’enthousiasme et repartir pour des centaines de kilomètres !
Mais c’est une autre leçon que je retiens, finalement, de cette journée. 
Face à cette victoire, il y a fort à parier qu’un bon nombre de jeunes judokas, enfants ou adolescents, aient l’envie de s’inscrire en septembre. C’est ce qui est arrivé à Romane Dicko il y a quelques années par exemple : en voyant Audrey Tcheuméo gagner, elle a eu envie de s’inscrire. Combien de judokas parlent de ceux qui les ont inspirés ? Ceux qui leur ont donné envie juste par ce qu’ils étaient ? On sous-estime l’impact que l’on peut avoir, sans le savoir. Juste par ce que l’on est.  Une fois rarement, on va apprendre qu’on a été important dans le parcours de quelqu’un. Mais généralement, on ne le sait pas.
L’équipe de France de Judo ne sait pas qui elle inspire, les graines ou les marques qu’elle laisse, dans quels esprits et quels cœurs.
Alors la leçon que j’en retiens, elle est toute simple :

OFFRIR LA MEILLEURE VERSION DE SOI-MÊME, C’EST FAIRE NAÎTRE DES VOCATIONS.

À chacun d’entre nous, unique que nous sommes, de choisir ce que l’on veut être pour le monde 😉

L'équipe de France de judo, champions olympiques

JOUR 7 : TOUT N’EST QUE MOUVEMENT

Quelle journée !
Romane, dans les premiers pas de sa carrière, commence avec une médaille de bronze… avec Teddy, sur la fin de sa carrière (lui seul décidera de cette date !), également médaillé de bronze. “L’ancien” et “la relève”, le même métal pour 2 histoires. L’une qui donne plein d’espoir pour monter en puissance. L’autre qui nous rappelle qu’il est humain et que, comme tout compétiteur, il veut gagner autant qu’il accepte la possibilité de perdre.

 

La compétition, ça change à chaque instant, ce n’est jamais la même. Mais si on prend du recul, si on monte sur la lune pour regarder : l’équilibre est toujours là. Quoiqu’il arrive, il y a un perdant et un gagnant. Si ce n’est pas l’un, c’est l’autre. Pour la lune, c’est du pareil au même. Et il en est de même avec le temps : l’équilibre est là. L’un fini sa carrière quand l’autre la commence. 

On peut être parfois triste ou déçu d’un résultat, mais c’est qu’on ne voit pas tout ce que ça permet pour d’autres. Et lorsqu’on saute de joie pour un évènement, on ne perçoit pas tout ce que ça empêche pour certains. L’équilibre est toujours là. Ce que j’en retiens ?

C’est qu’il n’y a pas de bien ou de mal, seulement du mouvement.

Romane et Teddy sont dans ce mouvement et je suis heureuse pour eux. Ils me rappellent mon propre mouvement :

 AVANCER CHAQUE JOUR, NI BIEN NI MAL, UNIQUEMENT CETTE ÉVOLUTION QUE SEULE LA LUNE VOIT PARFAITEMENT !

Teddy et Romane sur le tatami d'échauffement

JOUR 6 : “SI TU ES FORT AU SOL, TU ES FORT DEBOUT”

C’est Matsumura Sensei, spécialiste du sol, qui nous répétait cette phrase. Il disait qu’être fort au sol donnait toute la confiance qu’il fallait pour son judo et permettait de s’exprimer pleinement debout. J’ai mis plusieurs années à comprendre cette idée…
Aujourd’hui, on ne pouvait s’empêcher d’être déçu de voir Madeleine perdre en final, comme on l’était pour Amandine. Leur journée, à chacune, était si magnifique qu’on souhaitait le sacre pour elles !
Madeleine comme Amandine ont malheureusement perdu au sol. En une demi-seconde, c’est déjà trop tard…

Difficile de résister à l’efficacité d’un travail au sol solide, précis, déterminé. 

Et quitte à choisir, je préfère être du côté de celle face à qui il est difficile de résister que l’inverse !

C’est une forte leçon que nous offrent ces deux grandes championnes Amandine et Madeleine : je suis plus motivée que jamais pour continuer à travailler au sol. Cours après cours, randori après randori, peu importe mon niveau par rapport aux uns ou aux autres, la seule chose qui compte, c’est :

ÊTRE MEILLEUR QUE LA PERSONNE QU’ON ÉTAIT LA VEILLE.

Final de Madeleine qui se fait prendre en immobilisation

JOUR 5 : LA SAVEUR DE LA DÉFAITE

Aujourd’hui, Margaux et Axel n’ont pas rapporté de médaille… Ce sont de grands compétiteurs et j’ai autant de confiance dans leur capacité à rebondir que de certitude sur leur dure déception.
La question est “qui je deviens grâce à cette défaite ?”.
“GRÂCE À…”
Car d’un point de vue bouddhiste,

Il n’y a pas de bien ou de mal, de mieux ou de moins bien… juste une réalité qui se transforme à chaque instant.

Alors de cette réalité, ni bonne ni mauvaise, que vont-ils choisir de faire pour évoluer ?
Ils sont compétiteurs. Ils connaissent autant la défaite que la victoire. Ils savent que ça peut prendre un peu de temps de se relever parfois… Mais ce qui est sûr, c’est que

PUISER DANS LA DIFFICULTÉ TOUTES LES RESSOURCES QUE L’ON PEUT TIRER,

C’EST GRANDIR, ÉVOLUER.

Merci Margaux et Axel pour votre parcours ! Il est peut-être plus facile de faire rêver avec une médaille, mais de mon point de vue, ce sont vous les exemples 😌

Margaux et Axel

JOUR 4 : CLARISSE CHAMPIONNE OLYMPIQUE

Aujourd’hui : une seule inspiration. Clair et net.

L'amitié judo
Et grâce à mon ami Anthony Diao (Esprit du Judo) nous avons ce bel entretien croisé de Clarisse et Tina, fait en 2017 (cliquez ici)

Nos adversaires les plus redoutables sont bien ceux qui nous tirent vers le haut, nous font progresser, nous remettre en question… !

👉🏽 Comme je dis souvent :

C’EST LE CHALLENGE QUI FAIT GRANDIR, MERCI À TOUS MES CHALLENGERS !

😍 J’aime vraiment cet entretien, l’état d’esprit qu’il révèle, et pas besoin d’être au haut niveau pour le vivre ! Même pas besoin de faire de la compétition… ça s’applique au quotidien, sur le tatami et dans la vie 😉

JOUR 3 : ONO-LA-MACHINE

Qui n’a pas vu la finale des -73 kg ? Ono est incroyable… Dans son mouvement qui lui offre la médaille d’or, regardez l’action de ses bras.

Avez-vous un professeur qui vous parle du “coup du volant” ?

Avez-vous repéré, pour chaque technique, comment vos mains et votre buste accompagnent Uke ? Alors au travail !

JOUR 2 : LES REMERCIEMENTS DE BUBUCHE

🥈Amandine Buchard, “bubuche”, vice-championne olympique, a diffusé une vidéo dans laquelle elle remerciait 🙏🏽 un paquet de gens !
Il est vrai que ce qu’on est (victoire ou non, peu importe), c’est toujours des milliers de petits bouts de gens qui le font non ?

Alors, vous, si vous deviez regarder vos années judos, qui voudriez-vous remercier ?

👉🏽 Prenez maintenant tout de suite 5 minutes pour dire merci à VOS personnes à vous 😉

ET SI, VOUS, JUDOKA, VOUS PRENIEZ 5 MINUTES POUR DES REMERCIEMENTS ?

JOUR 1 : SHIRINE ET LUKA

Aujourd’hui, Shirine a perdu dès son 1er combat ! Imaginez que ça vous arrive … Ça vous est peut-être déjà arrivé ? Dur dur !
Luka perd en demi-finale après un combat épuisant de près de 10 min ! Quand on ressort essoré et en plus tellement déçu, comment retrouver un mental d’acier pour repartir ?

Avez-vous déjà eu cette expérience ?

Quel que soit le niveau, les mécanismes sont les mêmes… De ce que j’ai pu observer, la capacité à transformer une déception en apprentissage, et donc en force, c’est comme un muscle. C’est en s’exerçant que ça devient de plus en plus automatique. Et c’est en développant cette capacité avec de petites situations qu’on devient capable de rebondir sur des cas plus forts. Alors :

COMMENT GÉRER SA FRUSTRATION DE PERDRE QUAND ON S’EST TANT PRÉPARÉ ?

Mon avis sur cette question, c’est de commencer par une auto-discipline stricte sur son quotidien : gérer chaque petite frustration minuscule en attitude constructive, d’évolution. Et c’est déjà un premier exercice assez exigeant que d’observer toutes les petites frustrations du quotidien pour n’en laisser passer aucune… non ?

ET VOUS ?

Quelles leçons tirez-vous de ces Jeux Olympiques ?

Partagez en commentaire pour enrichir nos échanges !

 

 

REJOINS MA LISTE

PRIVÉE

et reçois gratuitement

mes meilleurs conseils !

Vérifiez vos spams pour être sûr de me recevoir !