Une série pour les judokas débutants

Une série pour les judokas débutants

La série d’articles et podcasts destinés spécialement aux judokas débutants : c’est ici ! Et comme on est d’éternels débutants : bienvenue à tous 🙂

Parce que ses premiers pas sur un tatami comptent plus que tout…

Ce sont vraiment des débutants qui m’ont donné envie de m’investir sur cette nouvelle série. Plus précisément 4 adultes qui m’ont écrit lors de cette rentrée pour plusieurs questions. Ils ne se connaissent pas et pourtant, les mêmes questions sont revenues !

Merci Sophie, Eléonore, Valérie et Patrick. Grâce à vous, cette série pourra aider, j’espère, des centaines de judokas débutants !

Ça y’est, vous êtes inscrit !

Vous vous êtes inscrits au club proche de chez vous, vous avez fait le pas !

Votre enfant est déjà inscrit et ça a fini par vous donner envie… Ou bien  peut-être que l’univers des arts martiaux vous a toujours attiré.e ! À moins que ça soit de bons souvenirs d’enfance sur un tatamis qui vous soient revenus ?

Malgré une vie bien remplie entre travail et famille, fatigue, stress, vous voilà parti.e pour un entrainement hebdomadaire au dojo !

Jusque là, vous êtes ravi.e. Vous constatez que cela vous défoule ! Vous coupez avec vos soucis, vous décompressez… C’est aussi un moment pour vous, vous vous retrouvez et ça fait du bien !

Voilà donc que des points positifs. Mais… Il y a un « mais » !

Tout n’est pas totalement parfait…

  • vous ne pouvez pas cacher le fait que physiquement, c’est vraiment très dur
  • vous n’arrivez pas à suivre tous les exercices
  • pendant plusieurs jours après, vous souffrez de courbatures, vous êtes fatigué.e
  • vous êtes au milieu de ceintures noires qui ont l’air tellement à l’aise
  • vous arrivez à peine à retenir les noms des mouvements qu’on vous montre
  • En randori, panique à bord, tout va trop vite, vous ne pouvez rien faire !
  • Le coeur ne suit pas, impossible de faire tous les combats…
  • Il y a quelques judokas de votre cours qui vous font peur
  • Certains sont trop gros, ils vous écrasent au sol, vous ne pouvez pas déplacer debout…

Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose de cette série, c’est que…

vous êtes entièrement normal.e… Et ça se soigne ! 🙂

Il faut rappeler que le judo est un art martial, une pratique de combat. Cela implique d’exposer tout son corps, jusqu’à la chute. C’est totalement inhabituel pour un adulte. Également, cela vous demande d’être en contact physique avec d’autres. C’est donc particulier ! Cela crée certaines sources de stress ou de déstabilisation, même si elles sont inconsciente. Il est capital de vous rassurer par rapport à vos inquiétudes, légitimes. Dès les premiers mois de pratique, vous devez construire une confiance. C’est la condition pour que votre esprit et votre corps puissent s’investir pleinement.

Je vais aussi éclaircir des notions floues, rarement expliquées. Vous pourrez alors avoir un accès beaucoup plus rapide à ce qui est enseigné au dojo !

Ce qu’il n’y a pas au dojo…

Il y a dans cette série ce que vous ne trouverez pas (rarement) en club sur les tatamis. À l’entrainement, vous êtes nombreux sur un temps limité. Vous n’avez pas forcément l’occasion d’échanger, surtout si vous êtes nouveau, vous ne connaissez pas grand monde ! Cette série se présente donc comme un excellent complément aux entrainements. Je vais simplement prendre le temps de vous expliquer. C’est ce que ferait votre professeur si vous alliez diner avec lui ce soir !

Les bases solides ne sont pas seulement techniques ou physiques, elles sont aussi au niveau de l’esprit. Vous trouverez alors ici les réponses à toutes vos questions pour pouvoir assurer un bon démarrage, complet. Je sais combien il est important, au judo, d’être libéré.e de toute inquiétude pour pouvoir progresser.

Alors, chers judokas débutants, chers tous, c’est parti…!

Et si votre question n’a pas sa réponse dans les articles ci-dessous, écrivez-moi !

Le sommaire des articles/épisodes spéciaux “judokas débutants” 

Les articles/épisodes dédiés aux judokas débutants sont intercalés avec d’autres épisodes du podcast plus généralistes. Ainsi l’épisode 8 du podcast “Secrets de Judokas” est le 1er dédié aux judokas débutants. Le suivant de cette série sera probablement l’épisode 10 ou 11… 

>>> Dîtes adieu aux échauffements douloureux – Ep8 

cliquez ici pour écouter.

>>> 5 clés pour apprendre une technique – Ep11

cliquez ici pour écouter.

Ne manquez rien !

Vous pouvez aussi vous abonner sur une plateforme de podcast, par exemple sur apple / google / Spotify / soundcloud

OU

vous inscrire tout simplement ci-dessous :

Partage si tu aimes !
5 secrets pour recharger les batteries

5 secrets pour recharger les batteries

Voilà les fêtes de fin d’année et pour la plupart des judokas, ça rime avec période de repos. Les clubs sont fermés et on est occupé à festoyer ! Qu’il soit choisi ou imposé, le repos peut véritablement entrer dans votre programme. Apprendre à recharger les batteries, c’est s’assurer d’excellentes reprises. C’est donc une arme majeure de votre progression en judo… Et comme toute arme, elle s’affute ! 

 

Petite question ?

J’aime la montagne.

Imaginez un randonneur qui, après quelques heures de marche, s’affale sur le bord du chemin. Il a son sac dans le dos et attend d’être moins fatigué en regardant le ciel, tout essoufflé. Se repose-t-il vraiment ? 

Hum… Cela voudrait dire que se reposer n’est pas seulement arrêter son activité physique ? Ou du moins qu’il y aurait peut être des moyens plus efficaces pour recharger les batteries ?

Voici 5 clés majeures si vous voulez récupérer vite et efficacement.

 

1- Obélix est tombé dans une marmite… d’eau !

Boissons énergisantes, boissons chaudes, boissons fraiches, boissons sucrés, boissons vitaminées… Prenez toutes les boissons qui vous font du bien ou que vous aimez. Mais il y a une seule boisson que vous ne devez jamais oublier, ô grand jamais ! C’est l’eau.

L’eau, l’eau pure, l’eau tout simplement, sans rien du tout dedans. 

 L’eau nature est la seule et unique boisson qui est absorbée par notre corps sans passer par la digestion. Elle va directement hydrater tous les organes qui en ont besoin. C’est de loin la plus efficace. Vous avez intérêt à prendre l’autoroute plutôt que les chemins de campagne si vous voulez aller droit au but. C’est peut être moins joli et moins intéressant mais c’est tout droit et direct. C’est exactement pareil pour l’eau nature : elle peut paraitre fade et ennuyeuse mais rien ne peut la remplacer. 

Sachez qu’1% d’eau en moins dans votre corps correspond à une perte d’énergie de 10% !

Ça vaut certainement le coup de s’en occuper d’un peu plus près !

Les 3 astuces pour avoir autant d'énergie qu'Obélix !

>>> dès qu’un petit coup de fatigue apparait, buvez un grand verre d’eau. C’est vos 10% d’énergie qui s’échappent… par manque d’eau ! Vite, on ré-alimente la machine pour qu’elle fonctionne au mieux.

>>> si vous ressentez la soif, c’est que vous êtes déjà en déshydratation. Mieux vaut tard que jamais : dans ce cas précis, prenez un verre d’eau nature. Évitez de vous jeter sur une quelconque boisson par grand soif ! Votre corps appréciera l’autoroute directe que vous lui offrirez 🙂

>>> Au réveil chaque matin, votre corps a passé plusieurs heures sans s’hydrater alors qu’il a travaillé pour votre profond sommeil. Buvez un verre d’eau nature quand vous vous levez et remarquez comme vous démarrez la journée !

C’est très simple mais ça peut vraiment être efficace pour recharger les batteries !

 

 

2- Dormir comme un caillou… ou comme une gazelle !

J’ai toujours aimé l’expression « dormir comme un caillou ». Je vois alors la sérénité absolue de la pierre, immobile et lourde. Me prendre pour une joli galet lorsque je pose la tête sur l’oreiller m’aide à m’endormir ! Pourquoi ? 

Je dois vous raconter l’histoire qui a changé ma vie !

Imaginez une gazelle dans une clairière, en pleine nature, qui boit au lac. Elle est dans un environnement aussi calme que vous sur une île paradisiaque en pleines vacances ! On appelle cela l’état neutre. C’est l’état dans lequel chacun de vos organes, et même chacune de vos cellules, peuvent se concentrer sur ce qu’ils ont à faire. Aucun dérangement. La belle vie 🙂

Et puis soudain, un tigre surgit. La gazelle dresse les oreilles et ouvre les yeux comme des billes. En quelques fractions de secondes, elle s’enfuit aussi vite… qu’une gazelle ! C’est le mode alerte qui a été lancé. La nature est si bien faite que tous les organes ont lâché leur boulot pour immédiatement agir de concert pour la survie !

Vous avez bien lu : nos cellules sont capables de :

== être détournées de leur fonction 

C’est l’employé qui laisse tous ses dossiers en plan lorsque retentit l’alarme incendie.

== Être solidaires 

Ça, ce sont tous les employés qui s’arrangent pour ne pas se bousculer et s’assurer que tout le monde arrive à sortir.

== Viser un même but de survie 

La porte de sortie est bien fléchée, tout le monde dans le même sens !

C’est assez impressionnant, quand on y pense, de se dire qu’on a cette capacité de réaction. Nos cellules sont vraiment polyvalentes et intelligentes !

L’état de stress

Cette situation se nomme l’état de stress.

Lorsqu’on regarde les définitions franco-françaises du mot « stress », on trouve « pression / tension / être sous contrainte ». Il y a la notion de gêne, ne pas être “au naturel”. Quand nos cellules ne peuvent pas faire leur travail paisiblement sans être dérangées, alors on est stressé, même si c’est infime.

C’est là que la nature est moins bien faite car nous, humains, sommes stressés à longueur de journée. Même quand il n’y a pas de tigre derrière la porte. Le travail, les exigences d’un chef, les responsabilités, le bruit, l’inquiétude pour ses enfants, le souci d’être à l’heure, etc. Les exemples ne manquent pas ! Nos cellules se retrouvent donc un peu comme des gazelles qui courent à longueur de journée… Elles n’ont plus une minute pour faire leur travail de base !

Pensons-donc à nous et agissons :

À défaut de pouvoir nous arrêter boire au bord du lac en pleine journée, offrons-nous le sommeil. C’est son rôle principal : nous mettre tout entier à l’état neutre !

Pour cela :

une seule technique qui double l’efficacité du sommeil :

>>> S’endormir en pensant à la gazelle dans sa prairie. 

Dire à son cerveau qu’il peut se mettre en état neutre.

 Penser à tous nos organes qui font leur travail tranquillement.

Imaginer chacune de nos cellules réparer, consolider, renforcer notre corps.

Si votre corps doit faire ce travail seul sans vous, il mettra un long moment avant de comprendre qu’il est dans une phase sans stress. Si vous lui dîtes volontairement, votre cerveau l’entend et le comprend (il est très intelligent 😉 ). Il envoie alors rapidement à tout votre corps le signal que la phase d’état neutre peut commencer.

>>> Vous gagnez ainsi beaucoup de temps de récupération. Votre sommeil est immédiatement réparateur.

 Vous l’avez compris, il faut prendre soin de son sommeil pour recharger les batteries !

Découvrez l’épisode 1 du podcast “Le repos récupérateur” pour approfondir ce sujet !

 

3- Se masser : c’est la science qui vous le recommande !

 

À quoi ça sert la peau ?

Accrochez-vous bien : la peau est le plus grand organe du corps ! Eh oui, c’est une chose à laquelle on ne pense jamais. J’ai été stupéfaite quand je l’ai appris ! Et le plus impressionnant, c’est le nombre incroyable de fonctions qu’elle assure pour notre corps.* 

Je vais continuer à vous surprendre. Savez-vous que si les animaux lèchent leurs petits, ce n’est pas du tout pour les nettoyer ? C’est pour stimuler toutes les fonctions si importantes de la peau. Chez les humains, on fait exactement la même chose avec les câlins des bébés … Et même des beaucoup plus grands 😉 

Le plaisir : un carburant

L’avantage supplémentaire d’un contact direct sur la peau, c’est qu’il va provoquer la fabrication d’hormones de plaisir par le cerveau. 

Vous vous souvenez que le stress détourne nos cellules de leurs fonctions initiales ? Et bien, les hormones de plaisir, c’est l’inverse ! Elles aident, renforcent, développent le travail de nos organes ! Un peu comme nous : on travaille mieux quand on est posé dans un endroit paradisiaque qui nous procure un immense bien être. Comme quoi être heureux, ça a du bon 🙂

Nos muscles en accordéons

Enfin, n’oublions pas que sous la peau, il y a nos muscles. Ceux-là même que l’on éprouve tant et auxquels on demande encore et toujours plus. Un muscle est fort dans la contraction dont on a tant besoin en judo. Fléchir, se déplacer, réagir, tirer, pousser… Mais il est comme un accordéon qui a toute sa puissance dans son “ouverture”. On doit apprendre à nos muscles à s’étendre pour pouvoir d’autant mieux se contracter quand nécessaire. Détendre un muscle est donc capital pour le développer !

Vous l’avez bien compris, pour recharger les batteries, je vous recommande vivement :

la technique de l'auto-massage en douceur

>>> pour développer l’efficacité de votre peau et toutes les fonctions qu’elle doit accomplir* ! Soyez de vrais petits chats.

>>> pour créer des hormones de plaisir qui vont accélérer votre récupération. Vos cellules vont adorer être cajolées et vont travailler d’autant mieux !

>>> pour étendre vos muscles et leur donner une plus grande capacité. Attentio à la puissance lors de la reprise ! 🙂

 

4- Votre cerveau mérite-t-il du repos ?

Je vais boucler la boucle en revenant sur le crucial besoin d’état neutre. Notre cerveau est un organe comme les autres. On le sollicite pour différents stress du matin au soir.

Pour pleinement recharger les batteries, 1 à 3 minutes de repos du cerveau par jour (en plus du sommeil) est hyper efficace. 

Comment repose-t-on son cerveau ? Voilà mes quelques techniques simples à appliquer :

Les 3 "repos-express" préférés du cerveau

>>> s’obliger à ne rien faire. Pas de portable, pas de musique, pas de télé : rien. Pas de panique non plus, il s’agit de 1 à 3 minutes ! Ce qui peut aider : écouter le silence (qui n’est jamais vraiment silencieux !). Juste se dire qu’on ne fait rien.

>>> regarder le moindre détails de ce qui nous entoure et penser à ce qu’on voit. La plante vit à sa façon, le meuble est là depuis des années sans bouger, le ciel est toujours le même, il couvre tout un pays, un continent… Remarquer autour de soi que chaque élément a sa propre existence totalement en dehors de la notre.

>>> respirer profondément et sentir l’air qui entre et qui sort. À chaque respiration, sentir petit à petit que toutes les parties du corps se décrispent. Sentir que le cerveau se vide et que seule la respiration compte. Combien en faites-vous en 1 minute ?

 

5- Rendez-vous à la rentrée ?

Je vous avais parlé de 5 clés à activer n’est-ce pas ?

Oui, la 5ème clé existe bel et bien ! Mais pour elle, il me faudra un article en entier. Et comme elle porte sur l’alimentation, je crois aussi que je vais attendre la fin des fêtes 🙂

 

Pour se quitter…

Je vous propose de regarder ce montagnard, épuisé, qui fait sa pause. Il s’assoit pour boire une bonne rasade d’eau, puis prend une grande respiration en regardant l’horizon… Il décide de retirer ses chaussures et masser un peu ses pieds. Toujours en respirant, il prend le temps de regarder ces bruns d’herbes et ces rochers qui n’ont pas l’air, eux, de se poser de quelconques questions…

Notre marcheur sait en quelques minutes :

se déshydrater
se remettre à l’état neutre
prendre soin de son corps
vider sa tête.
Il a les techniques pour se reposer efficacement et c’est comme ça qu’il saura arriver au sommet.

(sans compter qu’il mange quelques amandes… mais je vous en reparle bientôt !)

Profitez de cette période de fêtes pour recharger les batteries.

N’oubliez pas, qui dit repos efficace dit excellente énergie au moment de repartir !

*Je vous recommande “La peau et le toucher” de A. Montagu pour comprendre cet incroyable organe que nous avons, la peau !

Partage si tu aimes !
Suivre sur Instagram