Morgan Girardeau

 L’auteur de ce livre assez unique en son genre, puisqu’il raconte la véritable épopée vécue durant 2 ans sur les tapis de judo de… 41 pays !

Aventure

Tout comme Christophe Colomb décidait de partir vers cet horizon inconnu convaincu qu’il pouvait faire le tour du monde, Morgan part avec cette même soif d’exploration ! Justement, j’ai appris récemment dans une émission que le besoin d’exploration était inhérent à l’Homme… nous y voilà !

Judo

On découvre avec lui l’universalité de ce judo pratiqué tout autour de la planète autant que toutes ses nuances et variations selon les pays traversés… le judo est bien vivant, en mouvement !

Valeurs

Comme c’est apaisant et ressourçant de lire 450 pages qui respirent les valeurs les plus profondes du judo, ou devrais-je dire, de la vie ! On vit à travers chaque mot l’humilité, l’amitié, le partage, la découverte…

Voyage

J’ai fermé chaque soir ce livre avec des paysages plein la tête… On s’imagine tantôt au chaud, tantôt au froid, des villes aux campagnes, des merveilles archéologiques aux petits ruelles perdues… tout y est pour se dire, à chaque chapitre, « oh je dois aller là-bas ! »

Champions

Morgan rencontre presque dans chaque pays des grands champions dont les noms nous sont forcément familiers tant on a été bercés par les championnats à la télévision et les discussions au club… J’ai le sourire et de grands yeux à chaque fois, osant à peine croire que c’est vraiment possible de rencontrer de pareils noms ! Morgan transforme ces grands champions mythiques en femmes et hommes du quotidien, travailleurs, passionnés, exceptionnels.

Persévérance

J’ai été profondément touchée par la persévérance de Morgan. Les douleurs et la fatigue, parfois l’épuisement, rien ne l’arrête dans son objectif de fouler les tatamis de tous les pays qu’il traverse. Quand on est passionné…

Rencontres

Morgan sait nous les rendre vivantes, réelles, chaleureuses, avec pourtant quelques mots seulement pour les décrire tant elles sont nombreuses. On s’attache au chauffeur d’auto-stop, à la dame de l’administration des visas, à l’hôtesse d’accueil de l’auberge, au propriétaire du cheval, au Uke d’un dojo… chacun a son importance, chacun est une perle précieuse de cette immense bijou que Morgan construit.

Jigoro Kano

Je suis sûre qu’il sourit de son étoile, fier de ce projet, fier que le judo puisse être au coeur de la vie d’un pratiquant pour former son coeur humain tout en contribuant à la société. C’était probablement l’une des volontés les plus chères de Jigoro Kano, quel hommage que ce projet fou !

Paix

Toujours en pensant à notre Maître Kano qui souhaitait si fort pouvoir contribuer à la paix grâce au judo, je crois profondément que la paix se tisse en créant des liens avec chacun, en trouvant nos ressemblances pour apprécier nos différences. Morgan est ici un ouvrier de cette paix : il crée tous ces liens avec ce souci constant de découvrir et ne jamais juger. Ça inspire !

Famille

Sacré choix que de partir pendant 2 ans ! Je pense alors à mon propre père autant qu’à ma propre descendance : l’attitude n’est-elle pas la meilleure éducation ? Ce qui reste finalement bien plus que tous les sermons ou les grands discours…? On reproduit tellement ce qui nous a bercés ! Morgan ponctue son récit de ces petits clins d’oeil à ses enfants, pudiques mais bien présents et alors je me dis que ces 2 ados doivent être bien fiers de leur papa !

Solidarité

L’une des forces indéniables de ce livre, c’est qu’il nous fait traverser 41 pays en l’espace de quelques soirées de lecture. On réalise alors combien la planète est « petite », combien nous sommes la même grande famille qui l’habite. Se rencontrer, partager et surtout s’entraider apparaît comme crucial, au coeur de la survie de notre famille humaine !

Projets

Tout le livre défile sur fond d’organisation méticuleuse, bien pensée en amont : un véritable projet que Morgan a construit comme on bâtirait un édifice. Pierre après pierre, réfléchir, choisir, mesurer, prévoir. J’ai fermé la dernière page du livre avec qu’une seule envie : construire moi-même un grand projet !

Courage

Morgan ne s’attarde jamais, dans son livre, sur les difficultés. Il précise au contraire qu’elles n’altèrent pas son moral et c’est ainsi qu’il trouve à chaque fois comment les surmonter pour continuer sa route. J’ai trouvé que c’était une très belle attitude de courage : accepter les difficultés comme elles se présentent sans pour autant dévier de son chemin, avancer sans s’arrêter.

Souvenirs

C’est très souvent que Morgan grave dans son esprit (et son coeur !) des moments marquants. On ressent alors ce qu’il nous en dit : ces moments changent sa vie et c’est déjà l’écriture de la suite qui est en train de se faire… On devine que de nombreux boomerangs ont été lancés et on se demandent, captivés, quand et comment on va les revoir plus tard…!

Citations

Sans aucun doute dans ce livre, vous trouverez un bon nombre de phrases à noter pour pouvoir les ressortir régulièrement, quand de besoin ! Toutes ces phrases peuvent constituer un guide de l’attitude judo 🙂

Tapis

À chaque passage dans un dojo, je me délectais d’imaginer les entraînements décrits, parfois bien différents d’un club à l’autre. Morgan explique parfaitement bien les déroulés habituels, les plus courants, et met en relief les originalités d’un endroit à l’autre. Je dois dire que ça donne des idées d’innovation 🙂

Sensei

J’ai d’abord été étonnée de voir que Morgan nommait « Sensei » tous les professeurs rencontrés. J’avais personnellement l’image de Sensei âgés, avec une expérience inégalable, ayant fait de grandes choses pour le judo dans leur vie, et presque tous japonais… ! Et bien ce livre m’aura fait découvrir la vraie définition de « Sensei » et je vois désormais les choses différemment.

Cadeaux

C’est peut-être, curieusement, l’un des fils rouges les plus marquants du livre : tous les cadeaux reçus par Morgan qui témoignent de la grande générosité des personnes rencontrées, mais aussi tous les cadeaux laissés par Morgan qui semble avoir toujours ce souci de donner le maximum sur son passage. Alors qu’il est très limité en poids, je suis admirative de son idée des écussons qu’il fait faire dans des pays différents et qu’il distribue avec plaisir.

Internet

Soyons heureux de vivre dans ce 21ème siècle qui nous permet de communiquer avec tant de monde de façon aussi riche ! C’est grâce à Internet que Morgan mène un « projet dans le projet » : il se garde toujours du temps, jour après jour, pour partager avec le monde entier son expérience… les prémices du livre !

Solitude

Je ne crois pas que ce mot apparaisse dans le livre. Pourtant, en suivant Morgan de dojo en dojo, je devine que ce n’est pas toujours évident d’arriver seul en territoire inconnu, de se motiver jour après jour pour aller à chaque fois, seul, au-devant de ces nouveaux lieux. Voilà une question que je lui poserai si j’ai la chance de pouvoir l’accueillir au club !

France

Morgan mentionne quelques fois l’image renvoyée en tant que judoka français, laquelle est peut être un peu différente que pour des judokas d’autres nationalités. C’est effectivement un élément crucial de tout voyage : on arrive toujours à l’étranger avec notre drapeau collé sur le dos !

Pollution

À plusieurs reprise, Morgan s’étonne de notre triste capacité, nous humains, à détruire notre terre… Il est vrai que de marcher sac au dos à travers toutes les routes de cette planète fait qu’on ne peut qu’être sensible à notre environnement, celui-là même qui porte nos pas !

Surprises

C’est probablement l’une des caractéristiques des voyages menés seuls : accumuler les « cerises sur le gâteau » qu’on n’aurait jamais imaginées d’ailleurs ! Que ce soit la rencontre de certains champions, des retrouvailles avec des amis judokas, des lieux inattendus… les surprises dans ce livre, on s’en délecte !

Rêves

J’aime me rappeler que ce beau livre existe par le beau projet qui lui-même n’a pu exister que les beaux rêves. De beaux rêves d’il y a longtemps qui se réalisent et qui en font naitre d’autres. Morgan savait apparemment que le pouvoir des enfants, c’est d’avoir des rêves, et que le pouvoir de ceux qui grandissent, c’est justement de les réaliser !

Frontières

Est-ce que tous les judokas du monde pourraient traverser ces différentes frontières ? On connait la réponse… et on en prend conscience en suivant Morgan et ses formalités administratives au fil des pays. Intéressant, parfois troublant 🙁

Blessure

La hantise de notre auteur qui nous rappelle, à tous, l’essentiel dans le judo : prendre soin de son corps, sérieusement, pour pouvoir pratiquer toute la vie. Heu… l’essentiel dans la vie en général, non ? Morgan expose tout ce qu’il fait pour maximiser ses chances de bonne santé.

Tourisme

Comment faire pour sortir des sentiers touristiques quand on est, par définition, soi-même touriste ? Délicat paradoxe… Encore une fois, c’est l’authenticité de Morgan, si sincère dans sa démarche, qui rend ce parcours cohérent, entre autoroutes touristiques et petits chemins cachés.

Imprévus

Ce judoka globe-trotter calcule tous les détails nécessaires à la réussite de son projet. C’est sûrement ça qui fait que les imprévus sont finalement gérables, parfois de justesse, mais notre héros s’en sort toujours comme dans les films d’Indiana Jones 😀

Émotions

L’un des grands plaisirs de ce récit est que Morgan n’est pas avare dans le partage de ses émotions. Il nous fait part des moments forts de son périple et j’ai encore, en écrivant ces mots, la sensation d’avoir moi-même vécu certaines aubes par exemple. Est-ce que parce que j’étais souvent émue que j’avais hâte de continuer le voyage chaque jour ?

Optimisme

Nelson Mandela a dit que l’optimisme, c’était regarder le soleil tout en restant dans le mouvement. Je me permets alors de déclarer Morgan comme un vrai optimiste ! Une chose est sûre, c’est que ses pieds n’ont cessé d’avancer, toujours le regard vers ce qui éclaire !

Mouvement

Justement, c’est probablement l’un des principes fondateurs du judo : pas de voie de la souplesse sans mouvement. Quoi de mieux que de vivre physiquement ce mouvement jour après jour comme l’a fait Morgan ? Intégrer ce principe dans son existence même pour apprendre, encore et toujours, à s’adapter. On peut dire que Morgan était une petite rivière qui s’écoulait 🙂

Saison

C’est drôle de lire l’histoire d’un seul homme sur 2 ans lorsqu’il se déplace sur la planète car les saisons ne suivent plus le rythme que nous leur connaissons. Si Morgan annonce dès le départ qu’il préfère se détacher du climat et vivre son aventure en dehors de toutes questions météo, il en arrive finalement à espérer le froid à un moment donné !

Dojo

J’avais vu dans un documentaire une judokate qui disait que le dojo était comme une maison, « chez elle ». J’avais été un peu étonnée … puis en lisant le Judo World Tour, cette idée m’est revenue. Finalement, quand on traverse autant de pays, le dojo n’est-il pas le pilier, le lieu de référence, là où on va pouvoir retrouver nos repères ? Alors oui, à travers le projet de Morgan, j’ai pris conscience que le Dojo est sûrement une maison et qu’on en prend peut être vraiment conscience quand on n’a plus de chez soi.

Judogi

Mais comment fait Morgan pour passer 2 ans dans un seul judogi quand il m’en faut 3 pour survivre à 1 semaine d’entrainements ? ôter tout ce qui n’est pas nécessaire : voilà sa devise. Encore une belle leçon de vie que l’on reçoit à travers ces pages, sans jamais qu’elle ne soit dite, simplement par ses choix et son attitude.

Élève

Morgan Girardeau est professeur de judo. Mais c’est en tant qu’élève qu’il part dans ce tour du monde des dojos. Il raconte qu’il se présente toujours en tant que pratiquant et qu’il découvre alors l’entrainement comme tout autre. Le meilleur des Sensei n’est-il pas élève toute sa vie ?

Passion

Plusieurs clubs visités par notre judoka globe trotter sont “de brics et de brocs” pourrait-on dire… parfois des pratiquants qui n’ont même pas tout le judogi… On se demande alors vraiment “Pourquoi le judo dans cette ville ou ce pays ?”. Il n’y a qu’une réponse possible : cette passion irrépressible qui fait que même sans dojo, sans tapis, sans équipement, ces personnes pratiquent chaque jour bien plus fort que beaucoup de judokas au monde. C’est touchant et c’est une leçon (encore une !).

Livre

Morgan Girardeau nous raconte, au coeur de son aventure, comment il rédige ce livre qu’on tient entre les mains ! Et je dois dire que ce n’est pas si souvent qu’une personne s’ouvre autant, en nous donnant même accès aux “coulisses”. C’est encore un détail qui fait qu’on se sent, tout au long du livre, vraiment à ses côtés.

Avenir

De quoi va être construit l’avenir, l’après de cette incroyable aventure ? Pas sûr que Morgan ne nous le révèle vraiment dans le livre… On a alors envie d’en savoir plus, de continuer à le suivre, d’avoir un tome 2 !!

Bravo !

Mon dernier mot 🙂